Église romane et maison Napoléon III
Panorama dégagé sur les vignes

Propriété historique sur 7ha de terres avec granges

Imaginez un chemin serpentant à travers les vignes jusqu’au sommet d’une colline sur laquelle trônent deux bâtiments. Rien de bien surprenant pour le premier mais un morceau d’histoire vous attend pour le deuxième…

Surface500
Terrain70000
Pièces7
Chambres6
ChauffageAucun
Taxe foncière743
Proche de
  • Lectoure
Aéroport de Toulouse95Km
Gare TGV45Km
262 500
Frais d'agence inclus (5%) à la charge du vendeur
RéférenceBliss-666
Ajouter à ma liste

Le premier bâtiment

Voilà une maison bâtie à l’époque de Napoléon III aujourd’hui laissée à l’abandon et nécessitant une rénovation intégrale.
Mal-aimée malgré son “beau potentiel” (selon le langage des agents immobiliers), exceptionnelle uniquement pour son emplacement.

Heureusement, le meilleur est à venir !

La deuxième bâtisse est, en revanche, l’une de ces rares trouvailles que – couplée au panorama somptueux surplombant les champs et les vignes – l’on ne croise qu’une fois dans sa vie.

Une église romane, pleine de symboles gravés à même la pierre, dominant la colline au sommet de laquelle s’épanouissent une pelouse vert émeraude ainsi qu’une myriade de pâquerettes, comme ce fut le cas on imagine au cours des quatre derniers siècles, et où, lorsque souffle une légère brise, on se surprend à imaginer apercevoir du coin de l’oeil la silhouette d’un moine en coule et sandales affairé au potager.

Évidemment, on trouve ici bien plus qu’une église abandonnée ; il y a cette impression prégnante de calme, de paix et de tranquillité qui, ayant traversé les siècles, vous agrippe au cœur pour ne plus vous quitter, même une fois au bas de la colline, même une fois retourné à Lectoure.

La maison Napoléon III

Cette vaste propriété XVIIIe se compose d’une cuisine, d’une salle à manger, d’un séjour, de deux chambres à l’étage inférieur ainsi que de trois chambres supplémentaires et une salle de bain au premier étage.

La maison exige une rénovation intégrale : le carrelage au sol, les installations et les équipements sont datés et ne présentent aucun intérêt particulier mais, en règle générale, c’est la demeure tout entière qui semble imprégnée d’une sorte de fonctionnalité dénuée de tout romantisme ou d’un quelconque caractère.

L’élément le plus remarquable demeurant aujourd’hui est le grenier et ses poutres impressionnantes.

Bien que très peu attirante en l’état actuel, elle pourrait très bien, si remise au goût du jour, faire office de deuxième bâtisse dont les usages seraient multiples, selon ce qu’il adviendrait de l’église romane.

Ce qu’il faudrait faire dans un premier temps serait d’enlever la couche terne des cent dernières années en ajoutant (par exemple) des carreaux de récupération, des éléments de mobilier ou des installations plus en adéquation avec l’esprit de grandeur qu’avait sûrement en tête l’architecte au moment de la conception de la maison.

En somme le potentiel est là, mais endormi, attendant simplement d’être convoqué.

L'église romane

Avec ses murs courbes en pierres taillées et son architecture spectaculaire, l’église domine le paysage, inratable.

Les murs intérieurs détiennent en eux-mêmes une histoire, celle des siècles passés, du temps jadis, qui se manifeste dans les symboles (cultuels ou non) et les initiales des tailleurs de pierre gravés à même la roche, les restes de fresques…tout un tas de témoignages.

Le volume intérieur offre un bel espace scindé en deux niveaux qui n’abrite, à ce jour, qu’une collection de bouteilles de vin remontant aux années 20.

Les dépendances

On trouve de nombreux autres bâtiments extérieurs sur la propriété : une étable bonne pour la démolition, un superbe chai assurant le lien entre la maison et l’église et, ainsi faisant, offre un bel espace couvert pour dîner, le regard survolant la vallée.

À qui cette propriété plaira-t-elle ?

Le propriétaire actuel voue depuis toujours un amour sincère aux chapelles et églises qui n’a malheureusement pas résisté aux conséquences fâcheuses de la Covid-XIX et de cette année 2020 si particulière qui emportèrent avec elles son rêve de restaurer ce bijou enfin trouvé. Lorsque, à notre tour, nous prêtons le regard à cet édifice, nous comprenons aisément comment il a pu en tomber amoureux.

Difficile de se rendre compte sans voir l’église le pan d’histoire qu’il est possible d’acquérir, quand bien même acquérir ne serait pas le bon mot. La personne qui choisira d’entreprendre le projet proposé ici doit être de la trempe des veilleurs, des gardiens, des passionnés, des protecteurs et des bienfaiteurs car il y a tant à faire, certes, mais surtout tant à conserver et à chérir.

Nota bene

Le propriétaire actuel avait prévu de célébrer des mariages dans cette église et avait développé un projet autour de cette idée, estimant seulement que l’édifice devait être consacré (l’agence n’a pas vérifié ce point de détail).

Il est certain que cette bâtisse, dominant l’horizon, serait l’endroit idéal pour célébrer un mariage, religieux ou non, offrant bien plus qu’une vue pour poser sur la photo : une sérénité et une paix totales qui donneraient un supplément d’âme à ce jour déjà si spécial, si mémorable.




    Quelques autres idées

    Avec les autorisations nécessaires – un flot d’idées nouvelles surgit tout à coup – il serait possible d’envisager développer ici :

    Un restaurant, avec pourquoi pas un hébergement dans la maison Napoléon III
    Un théâtre
    Un centre d’art
    Un auditorium
    Une maison !

    Plus d'images…

    Cliquez sur les images pour agrandir