Vendue
Offre acceptée

Château du XVI ème siècle
à Peyrecave

Château entouré d’un superbe parc

En sortant de ce village médiéval gascon, un chemin bordé d’arbres nous mène au château.

À deux minutes du village, pour qui aime se promener en flânant, un portail double en fer forgé, accroché à deux colonnes de pierres, marque l’entrée de la propriété. La cour intérieure de l’édifice, Le parc de quatre hectares entourant la propriété et le chemin d’accès privé préservent l’intimité des occupants.

Plusieurs siècles d’histoire ont tissé un lien indéfectible unissant le château au village.

Château du XVI ème siècle
Surface385
Terrain40706
Pièces11
Chambres5
ChauffageFuel
Taxe foncière2100
Proche de
  • Peyrecave
Aéroport de Toulouse70Km
Gare TGV d'Agen36Km
950000
Frais d'agence inclus (5%) à la charge du vendeur
RéférenceBliss-62
Ajouter à ma liste
Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

Le portail ouvre sur une cour en gravier blanc au milieu de laquelle un grand magnolia grandiflora aux feuilles vernissées s’épanouie. Des platanes nous promettent leur ombre pour les beaux jours.

Les écuries, l’atelier et la maison du gardien, qui fut autrefois le chai de la propriété, font face au château.

Les bâtiments formaient jadis un ensemble fortifié flanqués de quatre tours aujourd’hui disparues. Un muret en pierres témoigne de l’enceinte historique et laisse entrevoir le parc paysagé qui entoure la propriété.

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

Des buissons topiaires géants savamment taillés agrémentent la propriété. L’un d’eux, nous le découvrirons plus tard, a été habilement façonné pour former un éléphant grandeur nature qui apporte une note d’humour au jardin et reflète la personnalité chaleureuse et accueillante de la propriétaire.

Un magnifique cèdre égratigne, de ses pousses émeraude foncé, un ciel de printemps bleu pâle. Majestueux, il couronne le château de ses hautes branches.

La façade du château, en pierre de taille, attrape la lumière quel que soit le temps. Les jours les plus ternes semblent impuissants à assombrir ses murs dorés.

Il y a dans les murs des traces d’anciennes ouvertures. Des colonnes témoignent de la présence de fenêtres géminées remontant au moyen-âge. Une triple génoise surmonte les murs de la bâtisse et nous rappelle que cette demeure abritait l’aristocratie locale.

L’encadrement de la porte d’entrée en pierre de taille est surmonté d’une arcade. Une chaine que nous tirons actionne une cloche annonçant notre arrivée.

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

La porte s’ouvre et nous tombons sous le charme de l’architecture de la propriété. Nous apercevons au bout du large couloir traversant, typique de la région, une porte identique à celle où nous accueille Madame La Chatelaine. Au-Delà, une nature bien ordonnée reprend ses droits.

Le soleil envahit le hall d’entrée, nos ombres nous précèdent, s’apprêtent à sortir dans le parc lorsque nous atteignons le centre de la pièce. Là, un long couloir desserre de part et d’autre du hall toutes les pièces de la propriété.

Malgré l’aspect formel du hall d’entrée, la maison est chaleureuse et accueillante. Ce château qui a connu destruction et reconstruction à plusieurs reprises au long de son histoire, est maintenant distinctement dans le ton du 18ème siècle.

La cuisine, directement accessible depuis le hall d’entrée, est une grande pièce carrée avec une haute fenêtre donnant sur la cour. Une table en chêne ronde est placée devant une large cheminée en pierre qui agrémente la pièce.
Le style de la cuisine est simple et intemporel ; une impression renforcée par la massive cheminée, les éléments en bois et l’évier en céramique blanche.
À la suite, se trouve l’arrière cuisine, spacieuse, ouvrant sur l’extérieur puis la chaufferie.

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

Depuis le hall d’entrée, nous entrons à gauche dans la bibliothèque. Elle est équipée d’un joli poêle à bois en céramique. Cette pièce ouvre sur un grand salon accessible également depuis le couloir central ouest.

Les chambres, dont trois jouissent d’une salle de bain privée, sont toutes accessibles depuis les couloirs centraux est et ouest. Toutes sont spacieuses avec de grandes fenêtres ou portes-fenêtres donnant sur le parc ou le jardin arrière.

Derrière la propriété, accolé à la maison d’habitation, et accessible depuis le jardin, l’ancienne orangerie fait aujourd’hui office de salon d’été. La propriétaire me raconte que cette pièce était la préférée de Roy Jenkins, célèbre auteur et politicien britannique, qui venait régulièrement durant l’été pour écrire.

Le jardin arrière forme une terrasse surélevée, entourée par les bâtiments d’habitation et un muret. Il surplombe le parc en contrebas avec ses rangées d’arbres et ses vastes pelouses allant jusqu’à la rivière. Depuis ce point d’observation on peut contempler les nombreux cèdres, chênes et sapins qui ont été plantés depuis plusieurs générations.

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

Dans le parc, à l’abris des regards, se trouve la piscine et le pool house.

Cette maison incroyablement chaleureuse et accueillante n’a rien de l’austérité qu’on pourrait attendre d’un château français. Il évoque un grand manoir de campagne, une maison familiale spacieuse et un endroit où les enfants peuvent grandir.

Les propriétaires actuels possèdent le Château depuis plus de trente ans et celui-ci représente une partie de leur vie.

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

« Quand nous avons vu la propriété pour la première fois », nous dit la propriétaire, « elle était couverte de ronces, la cour avant était impraticable. Pourtant, mon mari et moi en sommes tombés instantanément amoureux. Nous savions que ce serait le travail d’une vie de le restaurer, mais notre amour pour cette bâtisse ne nous a pas laissé le choix.
Ce sera un déchirement de le vendre, après tant d’années, et il est vital pour notre famille que nous puissions passer le Château à quelqu’un qui l’aimera autant que nous.
Nous avons placé un peu de nos âmes sous chaque pierre. Nous étions présents lorsque les entrepreneurs, chargés de ravalement des façades, ont découvert, incrustés dans les murs, d’anciennes fenêtres géminées que nous avons ramenées à la vie.
Nous avons réparé chaque centimètre de toit et de mur et nettoyé le parc afin qu’il puisse être apprécié comme l’avait certainement souhaité ceux qui l’ont planté. »

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle

L’histoire du château en quelques lignes

Situé sur la commune de Peyrecave, au Nord Est de Lectoure dans le canton de Miradoux, Le château puise ses racines dans l’histoire médiévale française.
Situé à un endroit dominant une petite vallée, le village doit son nom à son emplacement stratégique. Peyrecave est formé des mots latins « Petra »= pierre et « Curva »= vallée.
Le château, aux avant-postes, surplombe cette vallée au bas de laquelle serpente l’Arratz

Il était admirablement placé pour garder la route passant à gué ou sur un pont de fortune, et qui conduisait de Toulouse les gardes militaires à la conquête du Condomois à travers les forêts de Lomagne.
C’est justement à cause de cette position de sentinelle devant la Lomagne, qu’il fut bien souvent disputé par de grands seigneurs de guerre.
Ainsi de 1208 à 1229, Peyrecave fut soumise aux misères de la guerre dite « Croisade des Albigeois’
Durant la Guerre de Cent Ans (1337-1453), le Prince Noir vint en Armagnac pour soumettre les villes et les seigneurs qui ne reconnaissaient comme suzerain que le Roi de France et non pas son père le Roi d’Angleterre. Peyrecave fut ainsi pillée et la forteresse fortement endommagée.
La trêve que procura le Traité de Brétigny en 1360 permit aux anglais qui avaient récupéré la Guyenne, l’Armagnac et le Languedoc de fortifier leurs positions. Ainsi le château de Peyrecave fut relevé et un autre, le château de Flamarens, fut construit quelques dizaines d’années plus tard à quelques kilomètres de là.
Mais les impôts anglais étaient très lourds et causèrent un vif mécontentement. Le Comte d’Armagnac, Jean 1er se mit à la tête des mécontents et fit appel au roi Charles V, considéré encore comme le suzerain suprême. Celui-ci hésita et finit par les appuyer. Se sentant soutenus les gens du Midi chassèrent petit à petit les soldats anglais du Sud-Ouest.
En 1413 le Comte d’Armagnac resté un partisan fidèle du dauphin Charles VII se retrouva en lutte contre les bandes de mercenaires et de pillards à la solde du Duc de Bourgogne, Charles le Téméraire.
Si Peyrecave avait réussi à survivre tant bien que mal sous l’occupation anglaise il ne résista pas à ces bandes armées. Il ne reste que de rares vestiges de ce château féodal. En effet les dépendances dont la chapelle du château furent brûlées et le pont sur l’Arratz démoli. Les glacis du château n’étaient plus qu’un vaste cimetière.
Ossements, armes et autres vestiges furent mis au jour lors des plantations d’arbres effectuées en 1869.

Le château actuel daterait du XVIème siècle.
Au XVIIème siècle, la région de Peyrecave connut quelques heurts entre les Protestants et les Catholiques durant la période dite » des Guerres de religions », mais le village ne semble pas en avoir été directement affecté alors qu’à quelques kilomètres de là Miradoux était assiégé.
Il ne le sera pas non plus par la Révolution qui semble s’être passé dans le calme.
Au XIXème siècle, la prospérité semble régner dans le village et la population vit paisiblement.
Malheureusement les départs se feront de plus en plus fréquents avec les progrès du siècle suivant.

Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle
Château du XVI ème siècle




L’avis de Bliss

Une maison incroyablement chaleureuse et accueillante pour un château.

Plus d'images…

Cliquez sur les images pour agrandir